Selon les principes de l'acupuncture chinoise, nous savons que, sur notre corps, sont disséminés une multitude de points qui, reliés entre eux, en viennent à dessiner une carte de lignes immaginaires ou "canaux" que l'on appelle "méridiens". A travers ceux-ci s'écoule une énergie circulante avec des rythmes alternés, sous l'influence des lois de la nature. A la lumière des connaissances actuelles et confortée par des études dignes de foi en neuro-anatomie et en électro-physiologie, la médicine occidentale également est portée à affirmer qu'il existe des points cutanées qui, s'ils sont stimulés, produisent des réactions internes à travers des mécanismes variés et complexes (action réflexe segmentaire, libération de neuropeptides, activation des centres de contrôle neuroendocrines, libération de facteurs humoraux agissant sur les réponses immunologiques).


Un des points d'acupuncture les plus importants est le point Nei-Kuan (qui signifie littéralemente "barrière interne"), point 6 du méridien des Vaisseaux Sanguins, considéré point d'élection pour nausée, les vertiges, les vomissements, comme régulateur des dystonies digestives et de la pression sanguine par son action antivagale.

?

Dans la médicine chinoise, le point Nei-Kuan est régulièrement employé dans la prophylaxie de l'hyperémésie gravidique. On peut exercer une telle prophylaxie non seulement à l'aide d'aiguilles, mais aussi en exerçant une pressione prolongée sur le point P6 avec les doigts. Dans ce cas, on parle d'acupressure.